304

REDOUTE CHINOISE, établissement fondé par Regnard de Pleinchesne et ouvert à la foire Saint-Laurent en 1781. L'inventeur s'était proposé de réunir dans un même local divers genres d'amusements qui devaient forcément attirer chez lui la bonne compagnie. Il y avait à la Redoute chinoise des jeux de toutes sortes, de campagne, de bague, de galet, des roues de fortune et des balançoires. Lorsque ce genre de distraction était épuisé, le public pouvait se livrer aux charmes d'une promenade amusante dans un jardin ravissant où de véritables chanteurs des rues exécutaient les chansons les plus nouvelles. Un café, un restaurant et un salon de danse complétaient les agréments que l'on pouvait trouver à la Redoute. Le prix d'entrée était primitivement de 30 sols ; plus tard il fut porté à 36 sols.

(Archives des Comm., no 1508.)

REGNAULT (JACQUES-CLAUDE et PIERRE) frères, danseurs de corde et voltigeurs au jeu d'Alard à la foire Saint-Germain de 1702.

L'an 1702, le vendredi 3e jour de février, sur les onze heures du matin, en l'hôtel de nous Charles Bizoton, sont comparus Jacques Claude et Pierre Regnault, frères, et le nommé Lefèvre, flamand, voltigeurs et danseurs de corde, de présent à Paris logés chez le nommé ..... cul-de-sac de la rue des Quatre-Vents, qui nous ont fait plainte et dit que heure présente, étant dans le jeu de paume d'Orléans montés sur le théâtre où étoit le sieur Alard, aussi sauteur et voltigeur de corde, ledit Alard leur auroit dit de sortir et descendre ; que lui ayant répondu qu'ils pouvoient rester comme lui sur le théâtre, ledit Alard, en disant qu'il étoit le maître, auroit donné audit Pierre Regnault un soufflet à tour de bras et porté un coup de bâton sur le bras gauche où il y auroit une très-grande blessure ; que dans l'instant ledit Regnault, son frère, ayant voulu le faire retirer, son frère le jeune Alard seroit venu l'épée à la main sur lui, auroit coupé les doigts de la main droite audit sieur Regnault, qui se seroit jeté sur lui et la lui auroit cassée ; en même tems auroit porté du tronçon de son épée plusieurs coups qui auroient entaillé sa canne avec laquelle il paroit les coups et même en auroit porté un audit Lefèvre qui se seroit trouvé blessé et les nerfs de la main coupés. En sorte qu'ils se trouvent


Previous Home Next